WITH JONATHAN ZACCAI FROM "LE BUREAU DES LEGENDES"

 

Are you looking for a new series, one that makes you hold your breath, that feels so close to reality that you become addicted to your screen? Times change and between Netflix, Stan or replays on internet, we have completely changed the way we consume TV.

We have a lot of choices with romantic, funny or suspense-filled series. Recently I have been captivated by a French one created by Eric Rochant (influenced by my girls as it’s often the case if you understand what I mean), that you can see in France on the channel Canal + or even in Australia on SBS.

"Le Bureau des Légendes" (or the Bureau in English) with Matthieu Kassovitz, Jean-Pierre Darroussin, Sara Giraudeau, Florence Loiret Caille... so many talented actors and actresses and of course Jonathan Zaccaï. A series that relates the thrilling and very discreet DGSE agent’s life (Direction Générale de la Sécurité Extérieure or if you prefer The General Directorate for External Security, to summarise the French secret services) with a very realistic touch.

I wanted to know what is true, what is not but most of all I wanted to talk with Jonathan Zaccaï, actor in the series playing the character Raymond Sisteron, so that I could understand how such a realistic series is adapted and perceived  by the actors.

A video was requested…

 

 

Bonjour Jonathan, merci for accepting this interview, by the way I hope you cannot be tapped (laugh). Jonathan’s laugh tells me that this interview is going to be smooth and with good humour.

How did you become an actor?

I started doing theatre at school, there was a very enthusiastic Monsieur called Olivier who was the director. And well I have also to be honest with you, at this time if you were involved in theatre, it was possible to miss classes. It was of a great way to escape school. Therefore at the beginning, I started as a film extra and as the years passed, I played more important roles at the theatre. Then when I was doing my year 12 baccalauréat, I wanted to be a lawyer and save the world like a lot of us guys. I saw the work that it required and so I decided to be an actor. I loved acting and I found it exciting. I love cinema, theatre… You know it’s quite hard to know what you really want to do at this age.

 

It was in Belgium, right? We need to remind our readers that you are Belgian ... (a wink to the Belgian we love in France and we also like to tease)

Brussels…

 

Did you arrive in France for your career?

I told myself Paris here I am (laughs). It was a way to become independent, to detach myself from my family. At this time I didn’t know anyone in this city.

 

What was your first impression when you arrived in Paris?

I already knew Paris because my mother had lived in Paris and I lived there for two years when I was younger.

I talked to everyone in the streets, which is what we do in Brussels. I had this spirit of “deconnade" (messing around with things), I wanted to meet people. We talked to girls in the streets, it was friendly atmosphere, good vibes.

It is a city that really makes you dream even if it is not the most welcoming at the start. But it's so amazing.

 

Do you have a place in Paris that you particularly like?

A tiny place near Saint-Germain where by the way Scorcese filmed "the time of innocence"

I lived there when I arrived in Paris, I was sharing an apartment with a journalist, Place Fürstenberg. It's very romantic, there is just a tree in the middle of the square…

 

the bureau s3 lrg

 

Regarding The Bureau, we are looking forward to the new season and my first question watching this series was how this series can affect the actor. Because this series is very realistic, I found myself crying and with the latest events in France, it must be sometimes hard to play your character like for example in this scene when you are hostage, I imagine you think about it ...

Yes that's for sure, it's very intense because in addition we are really in touch with the DGSE, we show them the episodes, sometimes we have screenings with senior officers at the Ecole Militaire. The real ones who really live what we act out. And it's true that it's rare to play characters and meet people who really live day in day out what we act. This is not trivial.

It's a series in which the characters are very human.

 

It's rare to play characters and meet people who really live day in day out what we act. This is not trivial.

 

The DGSE will perhaps be overwhelmed with applications?

You hit the nail on the head. They had around a 50% increase in applications I think. This is a clear increase since the start of the series, people certainly are brave.

This series still creates discomfort, because once we turn off the television, the series continues.

It was Daroussin who said that now he really analysed what was said to him and he thought of everything that had not been said to him.

When we are given a piece of infomation, does it perhaps hide something else? It is true that it makes you think and it is surely true sometimes.

 

Does the DGSE have a right to monitor the series?

Eric Rochant (creator of this fiction) still has a relationship of trust with the DGSE. They send the scenarios to ask what is plausible or not. If it is not plausible, we do not give them the solution or a scenario it's up to the director to change it. They really do not have the right to divulge information. And Eric Rochant’s world is his passion, he has a real knowledge on this subject. It's a meticulous job.

 

Also, how do you see your Sisteron character? Do you have anything in common with him?

I like my character because he is very human. It's not James Bond. I like to take on the weakness of the characters, all the fragilities. This series represents the truth that people's fear really has. Running to save someone when you know that a sniper can shoot you is scary, and it's that realism that I love that makes the show successful.

I am also surprised to see that young people love this series.

I feel pretty close to Sisteron. The character looks like me because I think that if I was a spy I would be really freaked out, I would also have this taste for women and I would also eat cupcakes in front of my computer (smile).

 

On this point I couldn’t help myself blaming the series for the fact that it was not real “Petit Brun” (biscuits from our childhood) that Sisteron ate. That is Jonathan’s reaction who I’m sure will discuss it for the new season (wink)

But it's a scandal we have to do something (laughs).

 

Any projects?

Yes I will act alongside Daniel Auteuil, Ludivine Sagnier and Virginie Ledoyen in "Remi without family" (this can only bring back childhood memories for French people) produced by Jerico and directed by Antoine Blossier, to be released in December 2018.

And "The Big Bath" by Gilles Lellouche produced by the Films du Trésor, also a participation in "Nureev" directed by Ralph Fiennes and of course the season 4 of The Bureau (Jonathan a clue please, not yet, resistant)

 

As usual I have to ask this question what is this "je ne sais quoi" for you, what do you think of French women?

Ah, but French women are wonderful. They are among the most beautiful women in the world. They are charming. In fact, what a French lady is very good at (and maybe that's the je ne sais quoi) is that even if a woman is not necessarily beautiful, she will arrange herself to make sure to be irresistible.

They have a lot of taste with a sense of fashion that makes them know how to dress according to their body shape.

Sometimes I find that the hidden beauty is much more beautiful.

 

After many laughs we finish this conversation by saying that it is Jonathan’s first interview in Australia, I cannot help but mention it and laugh.

Merci Jonathan for sharing your good and contagious humour and this beautiful humility.

In spite of my attempt to try to get him to spill the beans about the next episodes of The Bureau, Jonathan has kept mum without revealing a single clue. There is definitely something of Sisteron in you Jonathan.

 

Find The Bureau on SBS ON DEMAND

 

ARTICLE EN FRANCAIS

Etes-vous à la recherche d’une bonne série, une qui vous tient en haleine, qui vous fait frôler si intensément la réalité que vous devenez complètement accro à votre écran ? Les temps changent et entre Netflix, Stan et les replays, on change sa manière de consommer la télé.

On a plus que le choix entre des séries romantiques, drôles ou à suspens. D’ailleurs tout récemment je me suis laissée captiver par une série française par Eric Rochant (influencée par les bonnes vieilles copines, comme c’est souvent le cas si vous voyez ce que je veux dire), qu’on retrouve en France sur Canal + et en Australie sur SBS... Le Bureau des Légendes (The Bureau) avec Matthieu Kassovitz, Jean-Pierre Darroussin, Sara Giraudeau, Florence Loiret Caille... de talentueux acteurs et actrices parmi tant d'autres et bien sûr Jonathan Zaccaï, une série relatant la vie trépidante et très discrète des agents de la DGSE (Direction Générale de la Sécurité Extérieure ou si vous préférez The General Directorate for External Security bref le service secret en France) sous une touche très réaliste.

Alors j’avais envie de savoir ce qui est vrai, ce qui est faux mais surtout aussi envie de discuter avec Jonathan Zaccaï, acteur dans la série jouant le personnage de Raymond Sisteron, voir en quoi une série aussi réaliste est adaptée et perçue par les acteurs.

Une vidéo s’impose…

Bonjour Jonathan, merci d’avoir accepté cette interview dites-moi j’espère que vous n’êtes pas sur écoute (rires). Le rire de Jonathan me dit que cette interview va se faire dans une excellente humeur.

Comment êtes-vous devenu acteur?

J’ai commencé un atelier de théâtre au lycée et il y avait un monsieur très enthousiasmant Olivier qui était le directeur du théâtre. Bon je vais aussi être honnête avec vous, si on faisait du théâtre on pouvait manquer les cours. C’était une espèce d’échappatoire de la scolarité. Donc au début j’ai fait de la figu puis les années passantes, j’ai joué des gros rôles au théâtre. Et puis quand je suis arrivé au bac, je voulais être avocat, sauver le monde comme plein de mecs. J’ai vu le travail que cela demandait alors je me suis dit pourquoi pas comédien. J’aimais bien jouer et je trouvais cela excitant. J’adorais le cinéma, le théâtre… Vous savez c’est difficile quand on finit le lycée de savoir ce qu’on a vraiment envie de faire.

C’était donc en Belgique car on va rappeler à nos lecteurs que vous êtes Belge… (petit clin d’oeil au Belge qu’on adore en France et qu’on aime aussi taquiner)

Bruxelles…

Vous êtes donc arrivé en France pour votre carrière ?

Je me suis dit à moi la Capitale (rires). C’était une manière de devenir indépendant, de me détacher de ma famille. Je ne connaissais personne dans cette ville.

Quelle a été votre première impression en arrivant à Paris ?

Je connaissais déjà car ma mère avait habité à Paris donc j’y suis restée déjà pendant deux ans plus jeune.

Je parlais à tout le monde dans la rue ce qu’on fait à Bruxelles. J’avais cet esprit de “déconnade”, de vouloir rencontrer les gens. On parlait aux filles dans la rue, c’était bon enfant, bon esprit.

C’est une ville qui fait vraiment rêver même si elle n’est pas la ville la plus accueillante au départ. Mais c’est génial.

Avez-vous un lieu à Paris que vous affectionnez tout particulièrement ?

Une toute petite place près de Saint-Germain ou d’ailleurs Scorcese a tourné “le temps de l’innocence”

J’ai habité là-bas quand je suis arrivée à Paris, je co-loué avec une journaliste, place Fürstenberg. C’est très romantique, il y a juste un arbre au milieu…

Concernant le Bureau des Légendes, on attend la nouvelle saison avec impatience et ma première interrogation en regardant cette série fut en quoi cette série peut toucher l’acteur. Car cette série est très réaliste, je me suis retrouvée à pleurer et avec les derniers événements qu’a connu la France, cela doit être parfois dur de jouer comme ce passage où vous êtes pris en otage, j’imagine que vous y pensez…

Oui c’est sûr, c’est très fort car en plus on est vraiment en contact avec la DGSE, on leur montre les épisodes, on a des projections parfois avec les hauts gradés à l’Ecole Militaire. Les vrais qui vivent vraiment ce qu’on joue. Et c’est vrai que c’est rare de jouer des personnages et de rencontrer les gens qui vivent vraiment ce qu’on joue. Ce n’est pas anodin.

C’est une série dans laquelle les personnages sont très humains.

La DGSE va peut-être se retrouver envahie de candidatures ?

Mais vous ne croyez pas si bien dire. Ils ont eu une augmentation de 50% je crois de demandes. Clairement depuis la série. Comme quoi les gens sont courageux.

Cette série crée tout de même un malaise, car une fois qu’on éteint notre poste de télévision, la série nous poursuit.

C’est d’ailleurs Daroussin qui disait que maintenant il analysait vraiment ce qu’on lui disait et qu’il pensait à tout ce qu’on ne lui avait pas dit.

Quand on nous donne une info est-ce que cela ne cache pas autre chose ? C’est vrai que cela fait réfléchir et c’est sûrement vrai parfois.

Est-ce que la DGSE a un droit de regard sur la série ?

Et bien Eric Rochant (créateur de cette fiction), a quand même une relation de confiance avec la DGSE. Ils envoient les scénarios pour demander ce qui plausible ou pas. Si ce n’est pas plausible, on ne leur donne pas la solution ou une idée de scénario c’est au réalisateur de le changer. Ils n’ont vraiment pas le droit de divulguer des infos. Et puis l’univers d’Eric Rochant c’est sa passion, il a une vraie connaissance sur ce sujet. C’est un travail minutieux.

D’ailleurs comment voyez-vous votre personnage Sisteron ? Avez-vous des points communs avec lui ?

J’aime mon personnage car il est très humain. C’est pas James Bond. J’aime bien assumer la faiblesse des personnages, toutes les fragilités. Cette série assume cette vérité que la peur des gens ont vraiment. Courir pour sauver quelqu’un quand tu sais qu’un snipper peut te tirer dessus c’est flippant, et c’est ce réalisme que j’adore qui fait que la série a du succès.

Je suis d’ailleurs étonné de voir que les jeunes adorent cette série.

Je me sens assez proche de Sisteron. Le personnage me ressemble car je pense que si j’étais un espion je serais vraiment flippé, j’aurais aussi ce goût pour les femmes et je mangerais aussi des petits gâteaux devant mon ordi (sourire).

A ce sujet je n’ai pu m’empêcher de faire un reproche en constatant que ce n’était pas des vrais Petits Bruns que Sisteron mangeait… Voici la réaction de Jonathan qui devrait en parler pour la nouvelle saison (clin d’oeil))

Mais c’est un scandale il faut faire quelque chose (rires).

A mon habitude désormais je dois poser cette question c’est quoi ce “je ne sais quoi” pour vous, que pensez-vous des françaises ?

Ah mais les Françaises c’est merveilleux. Elles font partie des plus belles femmes du monde. elles sont charmantes. En fait là où elles sont fortes (et c’est peut-être ça le je ne sais quoi) c’est que même si une femme n’est pas forcément belle, elle va s’arranger pour être irrésistible.

Elles ont beaucoup de goût avec un sens de la mode qui fait qu’elles savent s’habiller en fonction de leur physique.

Parfois je trouve que la beauté cachée est beaucoup plus belle.

Des projets?

Oui je vais jouer aux côtés de Daniel Auteuil, Ludivine Sagnier et Virginie Ledoyen dans “Rémi sans famille” (cela ne peut rappeler que des souvenirs d’enfance aux Français) produit par Jérico et réalisé par Antoine Blossier, sortie prévue en décembre 2018.

Et aussi “Le Grand Bain” de Gilles Lellouche produit par les Films du Trésor, une participation dans “Nureev” réalisé par Ralph Fiennes et bien évidemment la saison 4 du Bureau des Légendes (un indice Jonathan ? non ? toujours pas).

Après de nombreux rires on finit cette conversation en se disant que tout de même c’est une première interview pour Jonathan en Australie, je ne peux m’empêcher de le mentionner et en rire.

Alors merci Jonathan pour le partage, cette bonne humeur contagieuse et cette belle humilité.

Malgré ma tentative pour essayer de lui tirer les vers du nez concernant les prochains épisodes du Bureau des Légendes, Jonathan a bien tenu le choc sans révéler un seul indice. Il y a définitivement quelque chose de Sisteron en vous Jonathan.

 

 

SHOPPING WITH MY PARISIENNES

BannerMPFCT.001

Facebook Page

French up your life

FrenchUpOurLife

Who is Caroline?

carolineprofile

This is the adventure of a Frenchwoman who has decided to expand her life after 10 years in the French event management industry. After a lot of travels, I decided to settle in Melbourne, the fashion city of excellence in Australia.

Contact info

Follow

SocialMedia500x272

social 006 round facebook  Facebook      social 033 round pinterest  Pinterest
 social 038 round instagram Instagram  social 024 round snapchat Snapchat
 social 005 round twitter Twitter social 013 round vimeo Vimeo