ENTRE GAD ELMALEH ET FREN'CHIC TOUCH...

 

“Let’s do it”, just three words in English from Gad answering one of my messages on Instagram and voilà, we set up a phone meeting in few days for an interview on the blog.

It all started when I found out that Gad Elmaleh, the big star of comedy in France, was planning to come to Australia as part of the festival Just For Laughs. (tickets on sale now).

Many French people, including myself, adore the Gad’s humour. I saw him during a show in Marseille and I can’t get enough of it. Gad is the mate that you would love to have and for French people he’s the mate with whom you can be assured of having fun and serious giggles with. You just have to watch some of Gad’s sketches to pick yourself up. It’s often the case for me on the other side of the world here in Melbourne.

So I decided to do something I do rarely, I got out my IPhone, in Instagram mode, to send to him a message to offer him an interview on the blog. Then here I am speaking with Gad on phone. Oui oui I’ll  let you imagine how surprised I was!

I have seen Gad on stage and on big screen with his timeless hilarious sketches “where is Bryan?” (a sketch about the French people learning English at school), the adventures of the blond (during his famous show "L'autre c'est moi") and his funny facial expressions that make me laugh so much. When you see Gad, you are already smiling and getting an endorphin boost. He makes you laugh on stage and he is moving on the big screen. Gad is a comedian with many surprises, revealing to his many different gifts and talents to his audience.

The phone is ringing. Video call from Gad Elmaleh appears on my phone. I suddenly realise that all this is real. I’m meeting on phone with Gad who I hope, will allow me to learn more about him. A very Frenchie style with a hat, a smile that I have to confess, can’t live you indifferent, sweet eyes and most of all the feeling of speaking with a friend who puts you immediately at ease: Gad charms on stage and on the big screen, and in this case it was on the screen of my phone.

For you my dear Aussies who maybe do not know him, allow myself to introduce you Gad Elmaleh, an iconic face of humour à la française, a Steve Jobs of comedy who reinvented the one-man show in France, clearly accessible and j’adore. After a successful tour in US (New York, Chicago, New Orleans, San Francisco, Phoenix…), a duo with Jerry Seinfeld soon, Gad gives us the privilege to come to Australia and share his humour in English.

 

Screen Shot 2017 09 04 at 6.47.57 pm

 

 

 

FCT: Bonjour Gad. First of all, a big merci for having accepted this random, unexpected interview and certainly a bit bold coming from me.

GAD: Social media are wonderful (with a big smile). We can maybe say You (well let me explain, in French we have two forms of you, one very polite that we use for people who we do not know, and one very friendly using for friends and family… Well I told you… a mate).

 

FCT: It is with an immense pleasure that I found out that you are coming to Australia, Melbourne and Sydney in September. I know you as an artist but my Aussies friends don’t know you and I would like to introduce you to the Australian audience, to share the Gad of the French and Moroccan people.

Indeed, to cut a long story short, Gad was born in Casablanca, Morocco. In 1992, he came to set up his life in France and study at the well-known Cours Florent in Paris. He became the assistant of Elie Kakou, another icon of French humour in the 90s. With the passing years, Gad then goes on stage, starting one-man shows and filling the biggest auditoriums in the biggest cities of France. He will also play different roles in cinema, like “Priceless” with Audrey Tautou that a lot of Australians loved.

But let’s get back to today with Gad, a random Tuesday in June on the phone to LA from Melbourne.

 

FCT: How did you become comedian? Who gave you the desire to do shows? Do you have someone special who inspired you, like a mentor?

GAD: I’m not going to go back to my childhood as I will bore you, however there is one person who inspired me, a source of inspiration who became also a friend and I’m who working with at the moment, it’s Jerry Seinfeld. I’m going to even do a show with him this coming summer (US summer). We are going to share the same stage in Montreal during the Comedy Festival. He has been a big inspiration for me but I have to tell, you don’t decide to be comedian. The big picture is you have it in you and I had it in me. As a child in Morocco, I started in my early years. (Indeed, Gad had a father who was a mime artist and Gad was on stage with his father when he was 5 years old). But the gift and the desire to constantly observe comes from who I am deep down. I don’t think there is one interesting comedian in the world who is not observer. For example, right now while I’m speaking with you, I’m observing everything around me.

 

There is one person who inspired me, a source of inspiration who became also a friend and I’m who working with at the moment, it’s Jerry Seinfeld. 

 

FCT: I know that you get inspiration from what you see around, in the streets… by the way I do appreciate watching the short videos that you’re making on Instagram based on your surroundings because I can see that you get inspiration for future shows from them. I’m often wondering how you write your shows, what is the trigger and do you need special conditions to write?

GAD: I’m always observing, constantly and I note things in a random way. When I have time, I take a break and I gather all my notes in notebooks. Wait, I’m going to show you. (Gad shows me various little black notebooks, with writings in black ink that make me immediately think of a writer’s notebook, a Hemingway of comedy. I share this with him, he smiles and we laugh).

I have a lot of notebooks. I write things in a colpletely arbitrary and anarchic way. In these notes, there are words, observations, ideas, emotions and I always say to myself that if I wrote this that means there is a reason; and I will see this reason when I gather all these ideas together. Sometimes I sit and I put everything together and it gives sketches that I have to try on stage before to know if it's funny. I write a lot while I'm playing. I never know what is going to be funny before. i need to try it out before I know.

 

FCT: A bit like a writer?

GAD: The difference with a writer is that we comedians need a public audience. To give you an idea, if I do not have the public in front of me, I am unable to know if it’s funny. And you only know this when the public gives you his verdict so I need the public.

 

FCT: I didn’t plan to ask you this question as I’m going with the flow in our conversation but can you tell me if you could go without the public? Do you need at some point to take a break from the public? Maybe the US is a good opportunity for it?

GAD: It’s not with the public but more from the notoriety because I continue to play in comedy clubs here in US and people do not really know me. It is not a break from the public itself, it’s more the notoriety. But at the same time I have to be honest with you, I miss my public, my first public that allowed me to become who I am today. I miss them from time to time. However I have to tell them (smile), a bit like with marriage, we need to provide some thrills in our relationship (laughs).

 

FCT: Well which means when you return to your French public, it’s going to be more passionate.

GAD: Yes and it will and it will be so much better… I also like this idea of being totally anonymous. Right now, I am in a café at Los Angeles and look (he shows me around him), there is not one person who comes to me, who knows me and that’s quite nice. It’s a pleasant feeling. (He takes his coffee). I’m drinking a cappuccino, I never drink cappuccino (he’s telling me this in a funny solemn intonation).

 

FCT: Are you doing this since you are in LA like your LA signature drink? (smile)

GAD: No, I don’t know. I only wanted to say the word cappuccino. (That makes me laugh, I am definitely interviewing our French comedian).

 

FCT: That’s true Gad, it’s a really beautiful poetic word (smile). Gad I don’t know you personally but you give this feeling that you are an artist who likes to try everything. You know incredibly well how to make people laugh, you play music, you dance, you act. You seem like you always want to learn, you have a thirst for culture, like someone who wants to challenge himself. Is this how you came up with the idea of touring the US? Can you explain to me a bit about this challenge and what it brings you in your life?

GAD: Actually I don’t know if this challenge is linked with America. It’s more connected with myself. I wanted to push myself, step outside of my comfort zone.

You know one day I made Americans laugh in a comedy club who had no idea who I was then I called my sister who is a very gifted author and with whom I’m also very close and I said to her: “I’m a real comedian” and she said to me “what are you talking about?” so I told her “because I played in front of people who do not know me and they laughed.” Wow… she said “that’s wonderful”. I have the feeling that I have to earn these laughs.

 

I wanted to push myself, step outside of my comfort zone. So that’s the challenge. To always be able to prove to myself that people really love me for what I really do.

It’s not only about notoriety. And I can see this in US every day because people don’t know me. Likewise in Australia. However the big chance I have in Australia is the support of the expatriate community who will be able to see me. The wonderful thing is… you know I have received a lot of messages from Sydney for example, people who want to bring their Australian mate, their fiancé, their roommate, their colleague from work to the show because through the language, you can share the French-Moroccan culture. This is really satisfying for me.

I didn’t realise the extent of this in Australia and I certainly may have to add shows as it’s been so popular. Crazy right… It’s amazing!

 

FCT: So what about making people laugh in a different language? It is difficult and I know it because when I came to Australia 5 years ago I was confronted with the culture shock of trying to make few jokes à la française and I felt pretty lonely so for you who already did shows in US, I am sure that you have noticed differences in humour.

GAD: Regarding humour I have to tell you that it’s important to speak about universal themes that touch Americans, Australians, and Anglophones. You cannot only use topics alone. There are universal themes, you just need to translate them. If you speak about couples, if you speak about being drunk, these things touch all the languages but once you speak about more specific things, you have to give the keys to your public to make them understand you. I think the comedians have to understand that we have to understand the culture of a country to mock them in a kind way and make them accept you. I am sure that there are a few things that will allow the Australians, the French and the immigrants to immediately connect. I am also sure that there are Australian specificities that French people struggle when they arrive in Australia.

 

I think the comedians have to understand that we have to understand the culture of a country to mock them in a kind way and make them accept you. 

 

FCT: (Indeed, I share with him for exemple the article I wrote when I came to Australia about dating in a relationship as French people do not date. And here we are speaking about the differences between France and Australia). 

There are a lot of French expatriates in Australia (between 60,000 and 70,000 people, around 20% of them in Melbourne and almost the double in Sydney), from now on you are also an expatriate in New York, what does it bring in your life? In one of your shows, you said “not everything is good but there are things to take”, what do you like in New York?

GAD: I speak more about my work. I believe that the French have a big complex with American comedians, American cinema, American theatre, American TV and I believe that the more I live in US the more I love them. I understand that I do not like everything in a unique, global, radical, unconditional, systematic way. There are things that I like, such as their efficiency, Americans are doers. But there is less charm, delicacy, fullness and I think that we have this in France and we have to be proud of what we are bringing too. We can’t have a complex about anglo-saxons and I believe that each identity can be strong. I do like the mix of both because if I make a show in a French way I would find it too long not efficient and in an American way too cold so I try to mix with both.

 

There are also Australian comedians that I admire such as Jim Jefferies or Carl Barron.

 

FCT: I remember a few weeks ago I commented for the first time on your Instagram telling you that you should come to Australia. Please tell me (smile) that the comment of Fren’Chic Touch had a little impact on your choice about Australia (French arrogance with a touch of humour)? (Laugh on my side)

GAD: (smile) I’m going to tell you the truth, Australia is a dream for me. I have never been. I always fantasised about Australia. There is something about the other side of the world of course. There was an opportunity. There are also Australian comedians that I admire such as Jim Jefferies or Carl Barron and I felt like I wanted to connect with a new public even if there are a lot French immigrants in my audience. I want to connect with them because they are proud to see one of them coming to do a show in their country, it’s live and not on DVD or on the internet, and as I told you it’s a challenge, to export my comedy to the other side of the world. I really can’t wait. There are two cities for the moment. We plan maybe to add a show in Sydney if everything continues to go well.

 

FCT: Well I should finish (oops I’m totally aware that I’m out of time).

GAD: Even CNN this morning took less time (laughs).

 

FCT: I promise, I’ll finish up. I can see that overseas people love France and French people and we often hear the expression “je ne sais quoi”, what is “je ne sais quoi” for you?

GAD: Je ne sais pas (which means I don’t know rhyming with je ne sais quoi and I can recognise the improvisation talent of Gad). I think something that we can’t explain which is irrational. Some charm, a form of elegance, something that eludes us that we can’t control and that is a part of the culture, it’s unconscious. It’s like elegance. There are always people who try desperately to be elegant and never will be and people who do not know it, but they are automatically elegant, refined. I find this in French people, ok they also have their faults but they have this je ne sais quoi.

 

FCT: In my blog and during my workshops, I speak to people about Style à la Française with a desire to speak also about femininity, I am curious… What is femininity for you?

GAD: Wow, femininity is not trying desperately to be feminine. Its’ within herself and it’s deeply feeling like woman and feminine that will make feel something feminine. Femininity is the consequence of something that you profoundly are and that you fully live out. It’s not an outward effect. It’s not a demonstration of femininity, it’s like charisma. 

I believe that women that touch me more with their femininity are the ones who are at ease, comfortable with their femininity and their body, whatever the body. I say whatever the body because unfortunately nowadays femininity has some obsessions “you have to be like this or like that” but I often see women more feminine with rounded shapes who are magnificent and I see women totally into their workouts who want so much to show they are women but I can’t even look at them, I don’t understand. But I believe it’s like charm. A guy or a woman who says “I’m going to be charming today” that’s it, no way. However I believe that everything starts by working on ourselves, a work that I also do, this work is to be confident but that is the most difficult.

 

Voilà, this is how I ended my interview with Gad Elmaleh, well with few words and smiles exchanged and an “A bientôt in Melbourne”. Of course, you can imagine that I had plenty of other questions. Spending time with a French comedian makes you want to know more.

I was delighted to share this conversation with him who has for sure this unexplainable je ne sais quoi. Merci Gad for your time, your smile and your generosity. See you in Melbourne because of course I won’t miss out on this event.

And for you guys who also want to discover this comedian on stage, let be charmed by his French accent and this unconditional je ne sais quoi, laugh… come and experience his French humour in English, book your tickets now:

  • Melbourne: Thursday, 14 September at Melbourne Recital Centre
  • Sydney: Tuesday, 18 September and Wednesday, 19 September at City Recital Hall

 

"A dazzling versatile entertainer"  -  New Yorker

Visit the website gadelmaleh.com

 

Interview realised in French by Fren'Chic Touch on Tuesday 13, June 2017.

Merci NHM Translation for your help with the English translation.

 

ARTICLE EN FRANCAIS :  

“Let’s do it”, juste trois mots en anglais de Gad répondant à un de mes messages sur Instagram et voilà qu’on arrangea en quelques jours une interview sur le blog. 

Tout commença quand j’appris que Gad Elmaleh, the big star de la comédie en France, débarquait en Australie dans le cadre du festival Just For Laughs.

Comme de nombreux français, j’adore l’humour de Gad, je l’avais déjà vu en spectacle à Marseille et je ne m’en lasse jamais. Gad est le pote que vous aimeriez avoir. Et il est un peu pour tous les français le pote avec qui vous êtes sûr de passer du bon moment et avoir de sérieux fous rires. Un petit sketch de Gad et ça repart. Pour ma part c’est souvent le cas ici à l’autre bout du monde à Melbourne.

Alors chose que je fais rarement, j’ai décidé de dégainer mon IPhone, en mode Instagram, lui lancer un message pour lui proposer une interview sur le blog. Et me voilà parler avec Gad au téléphone. Oui oui je vous laisse imaginer ma surprise. 

Je connais Gad sur scène et sur grand écran avec ses indémodables drôlissimes sketchs “where is Bryan?”, les aventures du blond lors de son show "L'autre c'est moi" et ses mimiques qui me font toujours autant rire. Tu vois Gad tu souris déjà et tu boostes tes bêta-endorphines. Il fait rire sur scène et il émeut à l’écran. Gad est un comédien qui surprend révélant à son public une facette à plusieurs talents.

 

Le téléphone sonne, video call de Gad Elmaleh apparaît sur mon écran, je réalise que tout ça est bien sérieux. Je découvrais un Gad qui allait, je l’espère, me permettre d’apprendre à le connaître. Un style très frenchie avec un chapeau, un sourire qui je dois l’avouer ne laisse pas indifférent, un regard doux et surtout l’impression de parler à un copain qui te met tout de suite à l’aise : Gad charme sur scène et à l’écran, et en l’occurence cette fois-ci c’était sur l’écran de mon Iphone.

Alors pour vous les Australiens qui ne le connaissaient peut-être pas, permettez-moi de vous présenter Gad Elmaleh, une icône de l’humour à la française, un Steve Jobs du comique qui a réinventé le one-man show en France, totalement accessible et j’adore. Après une tournée à succès aux USA (New-York, Chicago, New Orléans Phoenix..), un duo avec Jerry Seinfeld qu’il prévoit bientôt, Gad nous donne le privilège de venir enfin en Australie pour partager son humour en anglais.

 

FCT : Bonjour Gad. Avant tout un grand merci d’avoir accepté cette interview totalement inattendue et un peu bold de ma part.

GAD : C’est formidable les réseaux sociaux (me dit-il avec un grand sourire). On va se tutoyer si tu veux. (Et bien oui vous voyez quand je vous le disais… un pote).

 

FCT : C’est avec plaisir que j’ai appris que tu venais en Australie, à Melbourne et Sydney en Septembre. Alors je te connais en tant qu’artiste mais pour les Australiens qui ne te connaissent pas j’ai envie de te présenter au public australien, de partager le Gad des Français et des Marocains. 

Pour la petite histoire Gad est né au Maroc à Casablanca, c’est en 1992 qu’il vient s’installer en France pour suivre la formation du Cours Florent et devient assistant d’Elie Kakou, un autre emblème de l’humour français dans les années 90. D’années en années Gad monte sur scène, réalise ses shows et remplit les plus grandes salles de spectacle des plus grandes villes de France. Il jouera également au cinéma avec des films qui permettront au public français de découvrir un vrai comédien, notamment beaucoup d’Australiens qui m’ont souvent parlé du film “Priceless” avec Audrey Tautou. 

Mais revenons à aujourd’hui, un mardi de juin en phone call de Melbourne avec Gad à LA.

 

FCT : Comment es-tu devenu comédien ? Qui t’a donné l’envie de faire du spectacle ? As-tu quelqu’un qui t’as inspiré, un mentor ?

GAD : Je ne vais pas trop revenir à l’enfance je vais t’ennuyer mais il y a une personne en tous cas qui m’a inspiré, une source d’inspiration qui est devenu un ami et avec qui je travaille en ce moment c’est Jerry Seinfeld. Je vais même faire un show avec lui cet été. On va partager la même scène à Montréal au festival du rire. Il a été une grande inspiration pour moi mais je dois dire qu’être comique cela ne se décide pas. En gros, tu l’as en toi et je l’avais en moi. Etant petit au Maroc, j’ai commencé très très tôt. (en effet Gad avait un papa qui faisait du mime et il montait déjà sur scène dès l’âge de cinq ans avec son père). Mais le don et la volonté d’observation permanente, cela vient de ce que je suis profondément. Et je pense qu’il n’y a aucun comique intéressant dans le monde qui n’est pas observateur. Là par exemple je te parle et j’observe tout ce qui se passe.

 

FCT : Je sais que tu t’inspires souvent de ce que tu vois autour de toi, dans la rue… d’ailleurs je te suis sur Instagram et j’adore regarder tes vidéos sans aucun commentaire qui laissent devenir une source d’inspiration qui va sortir dans un show. Je me suis demandée comment écrivais-tu tes sketchs, c’est quoi ton déclic, est-ce que tu as des conditions particulières pour écrire ?

GAD : Je suis toujours en observation permanente et je note des choses de manière random (mot anglais utilisé signifiant aléatoire). Quand j’ai du temps je me pose, je ramasse toutes ces notes dans des carnets. Attend je vais te montrer. (Gad tourne alors son téléphone pour me montrer une série de petits carnets noirs, avec des notes écrites au feutre noir qui me font tout de suite penser à un écrivain, un Hemingway de la comédie. D’ailleurs je lui en fait pars, il sourit, et on rigole.)

J’ai plein de carnets dans lequel j’écris plein de choses de manière très arbitraire, complètement anarchique. Dans ces notes là, il y a des mots, des observations, il y a des idées, des émotions et je me dis toujours que si je les ai écrites là-dedans c’est qu’il y a une raison, et cette raison je vais la voir quand je vais rassembler toutes ces idées ensemble. Et parfois je m’assois et je met tout ça ensemble et ça donne des sketchs que je dois essayer sur scène avant pour savoir si c’est drôle. J’écris beaucoup en jouant. Je ne sais jamais ce qui va être drôle avant. J’ai besoin d’essayer avant.

 

FCT : Tu fonctionnes un peu comme un écrivain ?

GAD : La différence avec un écrivain c’est que nous on a besoin du public et si tu veux si je n’ai pas le public en face de moi, je ne peux pas savoir si c’est drôle. Et on ne sait pas tant que le public ne nous donne pas le verdict alors moi j’ai besoin du public.

 

FCT : Alors justement je n’ai pas prévu cette question c’est dans la conversation cela vient comme ca. Est-ce que tu peux te passer du public ? Est-ce que de temps en temps tu as besoin de faire un break avec le public ? Et peut-être les US est un bon moyen pour ça ?

GAD : Et bien ce n’est pas avec le public, c’est avec la notoriété puisque je continue à jouer dans des salles ici où les gens ne me connaissent pas beaucoup. Ce n’est pas un break avec le public lui-même, plus avec la notoriété. Mais en même temps je vais être honnête avec toi, mon public me manque, mon public de base, celui qui m’a permis de devenir ce que je suis. Il me manque de temps en temps. Mais je dois leur dire (sourire) un peu comme dans le mariage, il faut savoir remettre du piment dans la relation (rires).

 

FCT : En fait quand tu vas revenir vers ton public français, cela va être plus passionné

GAD : Oui mais tant mieux. Peut-être… Et puis j’aime bien cette idée d’être totalement anonyme. Là je suis dans un café à Los Angeles regarde (il me fait un petit tour d’horizon avec son téléphone), il n’y a pas une personne qui vient me voir, qui me connaît et c’est très agréable. C’est un sentiment très agréable. 

(Il prend alors son café) Je bois un cappuccino, ce que je ne bois jamais (me dit-il d’un air très solennel et à la fois un soupçon d’amusement).

 

FCT : C’est depuis que tu es à LA, c’est ta boisson de Los Angeles ? (sourire)

GAD : Non, je ne sais pas. J’avais envie de dire le mot cappuccino. (Cela ma fait rire, je retrouve là le comique).

 

FCT : C’est vrai Gad c’est joli, c’est un mot poétique (sourire). Gad je ne te connais pas en tant que personne mais tu donnes l’impression que tu es un artiste qui aime toucher à tout. Tu sais incroyablement faire rire, tu joues de la musique, tu danses, tu es acteur. J’ai le sentiment que tu as toujours envie d’apprendre, un assoiffé de culture. On dirait que tu as besoin de te donner de nouveaux challenges, c’est un peu comme ça que t’es venu l’idée d’une tournée aux US ? Qu’est-ce que cela t’apporte, peux-tu m’expliquais un peu ce challenge ?

GAD : En fait je ne sais pas si ce challenge est uniquement par rapport à l’Amérique. Il est surtout par rapport à moi-même. C’est me dépasser, sortir de ma zone de confort. 

Tu sais un jour j’ai fait rire dans un comédie club américain des américains qui ne savaient pas du tout qui j’étais, et j’ai appelé ma soeur au téléphone qui est auteure, qui est très douée et qui est aussi très proche de moi, et je lui ai dit : “je suis un vrai comique” et elle m’a dit “mais de quoi tu me parles ?” je lui ai dit “parce que j’ai joué devant des gens qui ne savent pas qui je suis et ils ont rigolé.” Wow… alors elle m’a dit “ben c’est génial”. J’ai l’impression qu’il faut que je gagne ces rires.

Alors c’est ça le challenge. Toujours aussi me prouver que les gens m’aiment pour ce que je fais profondément. Ce n’est pas uniquement compter sur la notoriété. Et ça aux Etats-Unis tu t’en rends compte tous les jours parce que les gens ne me connaissent pas. Et en Australie non plus. Alors j’ai une grande chance en Australie c’est que j’ai le soutien de la communauté expatriée qui va pouvoir me voir mais la chose qui est formidable… J’ai beaucoup de messages de Sydney par exemple qui veulent amener leurs potes australiens parce que c’est en anglais. Et le fait que ce soit en anglais cela permet aux expats français mais pas qu’eux parce qu’il y a des belges, des marocains en Australie qui vont pouvoir partager avec leur ami, leur fiancé, leur roomate, leur collègue de travail australien, par le biais de la langue, la culture franco-marocco. Et ça c’est une satisfaction.

Je n’avais pas mesuré en fait ça par rapport à l’Australie au risque même de rajouter des shows en Australie tellement que cela marche bien. C’est fou quoi… C’est génial !

 

FCT : Alors justement faire de l’humour dans une langue étrangère c’est difficile parce que la culture est différente et je le sais car pour ma part quand je suis arrivée il y a cinq ans en Australie, j’ai essayé de faire des blagues, j’ai eu des grands blancs avec un grand moment de solitude alors pour toi qui fait des shows aux US, je suis sûre que tu vois des différences d’humour.

GAD : Sur l’humour je dois dire qu’en fait ce qu’il faut c’est aborder des thèmes qui soient universels mais qui touchent les américains, les australiens, les anglophones. Tu ne peux pas rester dans des thématiques uniquement. Alors il y a des thèmes universels, il suffit juste de les traduire. Si tu parles du couple, si tu parles de se bourrer la gueule, ce sont des choses qui touchent tous les langages mais dès que tu touches à des choses plus spécifiques, il faut que tu donnes les clés au public pour les comprendre. Et je pense que ce que les humoristes doivent comprendre c’est qu’il faut comprendre la culture d’un pays pour se moquer d’eux gentiment et qu’ils t’acceptent. Je suis sûre qu’il y a des choses auxquelles les australiens, les français, les immigrés vont se connecter immédiatement si on leur en parle. Je suis sûre qu’il y a des spécificités australiennes auxquelles se heurtent les français dès qu’ils arrivent.

 

FCT : (En effet, je ne peux m’empêcher de lui faire part du date, un article que j’avais écris au début de mon arrivée en Australie car les français ne datent pas. Nous voilà ainsi partir dans une conversation concernant les différences entre la culture française et australienne).

Alors justement il y a de nombreux expat en Australie (entre 60000 et 70000 français, environ 20% à Melbourne et le double à Sydney), tu es aussi désormais un expat à New-York, ça t’apporte quoi de vivre à l’étranger ? Dans un des tes shows tu dis à propos des US  “tout n’est pas bien mais il y a des choses à prendre”, quoi par exemple ?

GAD : Je parle surtout par rapport à mon métier. Je crois que les français ont fait un grand complexe avec les comiques américains, le cinéma américain, le théâtre américain, la télé américaine et je crois que plus je vis aux Etats-Unis plus je les aime. Je comprends que je n’aime pas tout de manière globale unique et radicale, inconditionnelle, systématique. Il y a des choses que j’aime bien comme leur efficacité, ce sont des faiseurs. Mais il y a moins de charme, de délicatesse, de rondeur et je pense que nous on a ça en France et il faut être fier de ce qu’on apporte nous aussi. Il ne faut pas faire de complexe par rapport aux anglo-saxons et je crois que chaque identité peut être forte. Le mélange des deux me plaît beaucoup parce que, pour ne parler que de mon métier, si je faisais mon show qu’à la française je trouverais ça long, pas efficace, et qu’à l’américaine je trouverais cela trop froid alors j’essaie de faire un mix des deux.

 

FCT : Je me rappelle il y a quelques semaines j’avais commenté pour la première fois sur tes réseaux sociaux en te disant qu’il fallait aussi venir en Australie. Alors dis-moi est-ce le commentaire de Fren’Chic Touch qui a un peu influencé le choix de l’Australie aussi (arrogance à la française avec une touche d’humour) ? (Rire de mon côté)

GAD : (sourire) Je te dis la vérité c’est un rêve pour moi l’Australie. Je n’y ai jamais été. J’ai toujours fantasmé sur l’Australie. Il y a un côté bout du monde bien sûr mais j’ai toujours voulu y aller. Il y a eu une opportunité qui s’est créée. Il y a aussi des comiques australiens que j’admire énormément comme Jim Jefferies, comme Carl Barron. Et puis je ne sais pas j’ai envie de toucher un nouveau public, quand bien même il y aura de nombreux expats dans mon public. J’ai envie de connecter avec ces gens qui d’abord vont être fiers que l’un des leurs viennent faire le show chez eux et que ce soit du live et pas tout le temps en DVD ou sur internet, et puis comme je te l’ai dit c’est un challenge, exporter ma comédie au bout du monde. J’ai très très hâte, il y a deux villes pour l’instant. On risque de rajouter un show à Sydney si cela continue à se passer très bien comme ça.

 

FCT : Alors je finis encore (oops je sens que je déborde sur le temps).

GAD : Même CNN ce matin a pris moins de temps (rires).

 

FCT :  Promis je finis, je sais qu’à l’étranger on adore les français et on parle souvent de notre “je ne sais quoi”, c’est quoi le “je ne sais quoi” pour toi ?

GAD : Je ne sais pas (j’adore réponse instantanée qui me rappelle le talent d’improvisation de Gad). Je pense quelque chose qui ne s’explique pas, qui est irrationnel. Du charme, une forme d’élégance, quelque chose qui nous échappe, qu’on ne maîtrise pas et qui fait partie de la culture, c’est inconscient. C’est comme l’élégance d’ailleurs. Il y a des gens qui s’acharnent à être élégants et ne le seront jamais et des gens qui ne le savent pas, ils sont automatiquement dans l’élégance, le raffinement. Et je trouve que les français ils ont ça bon ils ont des défauts aussi mais ils ont ça.

 

FCT : Justement dans mon blog et durant mes workshops, je m’adresse souvent aux femmes pour parler du style à la française avec une envie de parler aussi de féminité, je suis curieuse c’est quoi pour toi la féminité ?

GAD : Wouah. la féminité c’est ne pas s’acharner à l’être. C’est en soi-même et c’est se sentir profondément femme et féminine qui va faire que cela va dégager quelque chose qui va être féminin. Et en gros la féminité c’est la conséquence de quelque chose que tu es profondément et que tu vis profondément. Ce n’est pas tourné vers l’extérieur. Ce n’est pas une démonstration la féminité, c’est comme le charisme. Je crois que les femmes qui me touchent le plus par leur féminité ce sont celles qui sont à l’aise, confortables dans leur féminité et leur corps, quelque soit leur corps. Je le dis bien car malheureusement aujourd’hui la féminité a des diktats “faut être comme ci comme ça” mais je vois souvent des femmes bien plus féminines qui ont des rondeurs, sublimes et je vois des femmes totalement dans le workout (en anglais), elles veulent tellement montrer qu’elles sont femmes mais je ne peux même pas les regarder, je ne comprends pas. Mais je crois que c’est comme le charme. Le mec ou la nana qui dit “je vais être charmant à partir de maintenant” that’s it c’est mort. Alors je crois que cela commence avec un travail sur soi qu’on fait tous, un travail que je fais moi aussi, c’est d’avoir confiance en soi mais c’est le plus difficile.

 

Et voilà c’est ainsi que se terminait mon interview avec Gad Elmaleh encore quelques phases échangées, des sourires et bien sûr un “à bientôt à Melbourne”. Vous imaginez bien que j’avais encore plein de questions à poser à Gad. Un moment avec un comédien français qui te donne envie d’en savoir plus. 

J’ai été très heureuse de partager cette conversation avec Gad Elmaleh qui a - c’est sûr - ce je ne sais quoi. Merci Gad pour ton temps, ta bonne humeur et ta générosité. Je te dis à bientôt à Melbourne car bien sûr je ne manquerai pour rien au monde un show de Gad en Australie.

Alors si vous aussi vous voulez découvrir cet humoriste sur scène, vous laissez charmer par l’accent français et cet inconditionnel je ne sais quoi, rire à son humour tout en anglais, réservez vos tickets dès à présent : 

  • Pour Melbourne : Jeudi 14 Septembre 2017 à Melbourne Recital Centre
  • Pour Sydney : Mardi 18 Septembre 2017 à City Recital Hall : suivre le lien

"A dazzling versatile entertainer"  -  New Yorker

 

 

Instagram

SHOPPING WITH MY PARISIENNES

Artboard 1 flavicon circle BIG

Screen Shot 2017 10 16 at 5.05.59 pm 

Facebook Page

BIENVENUE

Who is Caroline?

carolineprofile

This is the adventure of a Frenchwoman who has decided to expand her life after 10 years in the French event management industry. After a lot of travels, I decided to settle in Melbourne, the fashion city of excellence in Australia.

Contact info

Follow

SocialMedia500x272

social 006 round facebook  Facebook      social 033 round pinterest  Pinterest
 social 038 round instagram Instagram  social 024 round snapchat Snapchat
 social 005 round twitter Twitter social 013 round vimeo Vimeo